Sélectionner une page

Communiqué de presse de Bruno LERVOIRE

 

Ce mercredi 27 novembre, la Présidente socialiste du Conseil régional d’Occitanie, Madame Carole Delga, a créé la polémique en associant le Rassemblement National à l’extrême-droite, au fascisme et au nazisme. Le lendemain, dans son entretien accordé à La Dépêche du Midi, le Président du Conseil départemental du Lot, Monsieur Serge Rigal, a apporté son soutien à Carole Delga dans son « combat contre le Rassemblement National ».

Est-ce vraiment ce que les habitants de la région Occitanie et, plus particulièrement les Lotois, attendent de leurs élus locaux ? Madame Delga et Monsieur Rigal n’ont-ils pas mieux à faire que d’insulter les millions de Français qui votent pour le Rassemblement National ?

En ce qui concerne Monsieur Rigal, l’explosion du chômage dans le Lot (+15% depuis son arrivée au pouvoir) devrait le conduire à se concentrer davantage sur ses missions de soutien à l’emploi local. Quant à Madame Delga, le bilan calamiteux de sa gestion de la Région Occitanie (+28% de dette en 3 ans), son attitude sectaire vis-à-vis de l’opposition démocratique (elle avait notamment tenté d’arracher le micro d’un conseiller régional RN en pleine séance) ainsi que sa récente condamnation par la justice pour discrimination politique envers le Maire RN de Beaucaire Julien Sanchez devraient l’appeler à un peu plus de discrétion.

Monsieur Rigal et Madame Delga appartiennent à cette vieille caste politique méprisante et déconnectée des réalités. Ils incarnent le passé et savent que leurs jours au pouvoir sont comptés car les Français ne veulent plus d’eux. C’est pourquoi ils tentent d’exister médiatiquement en essayant de faire peur aux Français.

Mais le Rassemblement National n’est pas un parti d’extrême-droite. Ce n’est bien évidemment pas non plus un parti fasciste ou nazi. L’obsession de Madame Delga contre une menace fasciste fantasmée n’engage qu’elle-même. Le RN est un parti patriote et populaire qui défend l’intérêt de la France et des Français. Ces attaques contre le premier parti de France sont inacceptables. Nous demandons donc des excuses publiques de Madame Delga.